Aux danseuses, amies, femmes, sœurs, Merci, Pour les mots que vous savez dire à ma place. Vous écouter, vous regarder est une source d’inspiration inespérée. Dans le reflet de votre beauté, j’aperçois la mienne en même temps, puisque je ne m’imagine pas si différente de vous.

A Yanelle, en chef d’orchestre avisée, qui ressent et fait sortir le meilleur de nos instruments intimes, notre corps.

Sans baguette, tout est permis : dissonance, chœur, double solo, pause. Puissance, faiblesse, joie, fatigue… Sauf l’irrespect, de nous même et des autres. Liberté, je tends vers toi, Liberté, je t’apprivoise, Liberté, sous le soleil, entre deux murs, Liberté intérieure.

Merci pour cette précieuse fenêtre, s’ouvrant sur cette liberté tant chérie. Clara